Background Image

Ville et verdure

Découverte du Parc de Maisons-Laffitte

Suivez les étapes ci-dessous, elles vous mèneront à quelques-unes des plus belles maisons du Parc où, parfois, des artistes ont vécu. Des détails en photos permettront aux plus jeunes de se repérer. Soyez attentifs et bonne promenade !

Partagez avec nous vos découvertes avec le hashtag #otml !

 

5,5 km

 

Entre 1h30 et 2h

 

Promenade familiale

Lieux à découvrir

Chemin à suivre

Cette promenade traverse une grande partie du Parc, c’est-à-dire un espace vert de 419,5 hectares, privé et géré comme un espace forestier par l’Association Syndicale du Parc de Maisons-Laffitte (ASP).

En 1818, le banquier Jacques Laffitte devient propriétaire du château de Maisons. En 1833, il décide de lotir le parc. Il le divise en parcelles, acquises par des parisiens en quête de bon air. A la modeste maison Duval succéderont au fil du temps de magnifiques demeures. « La Colonie Laffitte » est née avec son cahier des charges encore en vigueur aujourd’hui.

Pars à la recherche de ce détail, avenue Longueil, juste avant l’entrée du Parc !

Alors, qu’est-ce que c’est que cette grosse boîte jaune ?!

Restez pour l’instant à l’entrée du Parc, nous nous y engouffrerons plus tard !

1.

Entrée du Parc

Les deux pavillons d’entrée du « Grand Parc », avec chacun leur porte monumentale, sont l’œuvre de François Mansart (1598-1666), architecte du château de Maisons. Entre ces portes, un fossé (appelé « saut-de-loup ») protégeait l’entrée du Parc sans en borner la vue. Cet ensemble formait une entrée latérale du parc du château.

 

2.

Eglise Saint Nicolas

L’église néo-romane est construite de 1867 à 1872 sur le terrain de l’ancien cimetière offert par la ville. Construite par l’architecte Eugène Millet, elle répond à l’accroissement de la population dans le Parc.

A droite de l’église se trouve l’ancien château d’eau de la ville, datant de la fin du 19e siècle. En face, le Passage Reignat avec une maison Art Nouveau, dont le portail et l’entrée situés 15 avenue Lavoisier sont joliment décorés.

 

Les gargouilles de l’Eglise Saint Nicolas ne ressemblent pas aux gargouilles habituelles du Moyen-Age.

Sauras-tu retrouver les animaux représentés ici ?!

Empruntez ensuite le Passage Reignat, en face de l’Eglise, pour rejoindre l’avenue Lavoisier.

3.

Avenue Lavoisier

N°18 à l’angle avec l’avenue La Bruyère : emplacement de la maison natale de Jacques Fath, grand couturier français considéré comme l’une des influences dominantes dans la haute couture d’après-guerre, avec Balenciaga, Christian Dior ou Pierre Balmain.

 

Es-tu certain d’être sur le bon chemin ?!

Cherche ce détail avenue La Bruyère pour t’en assurer !

4.

Place Marine

Cette belle place du Parc porte le prénom de l’épouse de  Jacques Laffitte. Elle est traversée par l’avenue Albine et vers le nord, sept avenues partent en éventail.

N° 5 : Maison pittoresque construite en 1835 avec un belvédère octogonal, pour Etiennette Moussy, rentière parisienne, par l’architecte Théodore Charpentier.

En allant en direction du numéro 8, faites un petit passage par le n°26 de l’avenue Albine où se trouve la maison de vacances de Roger Martin du Gard enfant. Ses parents la louaient chaque année, à la belle saison, pour fuir la chaleur de Paris.

N° 8 : Les Charmettes, ancien hôtel-restaurant où l’écrivain Jacques de Lacretelle a séjourné en 1921. Il y a écrit plusieurs lettres à son ami Marcel Proust. Elle a été construite en 1846, première période de la « Colonie Laffitte ».

N° 6 en retrait sur la parcelle : Villa achetée en 1901 par les sœurs Léonie et Rosalie Balmain qui possédaient une maison de haute couture à Paris.

 

As-tu remarqué ces plaques au sol ?

A ton avis, à quoi ça sert ?!

Indice : la pelouse est très verte, tu ne trouves pas ?!

5.

Triangle Desaix-Duguesclin

A gauche sur l’avenue Desaix s’étendait l’ancien domaine de l’Aga Khan. En 1940, la villa fut confisquée par l’armée allemande et abrita plus tard l’état-major de Rommel. Le domaine est maintenant loti.

N° 6 avenue Duguesclin : Les Tourelles, maison-façade alliant trois styles d’architecture : piliers Renaissance du perron, fronton baroque, balustres et putti du 18e siècle.

 

Regarde maintenant en face, dans la parcelle boisée, tu y verras les restes d’un bunker.

Sais-tu de quoi il s’agit ?

Indice : les bunkers étaient utilisés pendant la guerre.

6.

Avenue de Wagram

N° 8 : Maison Juillard, 1837. Son architecte, Charles Duval, a percé des fenêtres derrière certaines sculptures pour obtenir davantage de luminosité dans la cage d’escalier. Ces fenêtres sont cachées par souci de symétrie de la façade. On les appelle des « Jours de souffrance ».

 

Es-tu toujours sûr d’être sur le bon chemin ?!

Pour t’en assurer, recherche cette girouette bien spécifique à Maisons-Laffitte :

elle se trouve à l’angle de l’avenue Lesage et de l’avenue Mehul !

7.

Place Sully

N° 4 : Maison natale de Jean Cocteau. L’artiste a conservé de merveilleux souvenirs de son enfance dans cette maison ayant appartenu à son grand-père. Il qualifie le Parc de « vert paradis ». Ce grand-père, Eugène Lecomte, a d’ailleurs offert une belle somme d’argent à la ville en 1881 pour aménager des fontaines ou bornes fontaines.

 

 

Empruntez ensuite l’avenue Béranger afin de rejoindre l’avenue Corneille.

8.

Avenue Corneille

N° 1 : L’Institut littéraire polonais et la maison d’édition Kultura se sont installés en 1951, dans la villa Le Belvédère. Les organisateurs y vivaient comme dans une communauté, un phalanstère. Les auteurs interdits en Pologne étaient mis à l’honneur.

 

As-tu vu le bas-relief de la maison du numéro 4 de l’avenue Gretry ?!

Le bas-relief est sur le thème de la chasse. Peux-tu citer au moins 3 éléments à quoi nous pouvons voir cela ?

9.

Avenue Grétry

N° 8 : Cette maison datant de 1837 abritait depuis 1926 le célèbre restaurant La Vieille Fontaine. Jean Cocteau venait souvent y déjeuner. Le Tout-Paris venait y dîner, ainsi que l’entourage présidentiel.

 

Toujours sur le bon chemin ?

Repère ce détail à l’entrée de la Place Wagram pour en être sûr !

10.

Place Wagram

N° 5 : Maison du Major Cotton (19e siècle), ancien officier supérieur des gardes de la Tour de Londres, qui la vendit à Emilienne d’Alençon. Elle avait été la maitresse du duc d’Uzès, de Léopold II de Belgique et l’épouse de Percy Woodland. Elle habita ici avec son deuxième mari, le jockey Alec Carter.

 

 

N° 2 : Villa Victoire (ou La Pouponnière) : à sa construction en 1838, cette maison était considérée comme « américaine » en raison de sa galerie couverte. En 1930, la villa devient une pouponnière pour des enfants de communistes allemands persécutés ou en mission spéciale. L’écrivain Arthur Koestler (1905-1983, d’origine hongroise) est appelé pour écrire un texte promotionnel pour obtenir des fonds. Au lieu de rester deux jours, il s’est occupé pendant 2 mois de ces enfants de deux à seize ans en 1934.

En quittant la Place Wagram,

trouve cette drôle de tête de chien : tu es sur le bon chemin !

11.

Place du Château

A l’emplacement de la salle Malesherbes se trouvait la maison de Charles Laffitte, Le Val Fleuri. Neveu du banquier Jacques il fut l’un des membres fondateurs du Jockey-Club. Plus tard, Max Lebaudy, dit le Petit Sucrier, y habita : il était fils d’une riche famille de sucriers, réputé comme étant dépensier et très excentrique. Ne lavait-il pas ses voitures au champagne ? C’est en tout cas ce qu’en disait Jean Cocteau… !

 

As-tu vu ces p’tits monstres dans la cour de la Salle Malesherbes ?!

Essaye de leur trouver un nom et n’hésite pas à le partager avec nous !

12.

Avenue du Général Leclerc

N° 2 bis : La Grotte, dernier vestige des écuries du château. Pierre Giffard, rédacteur au Figaro, fit édifier sa maison autour de cette grotte. Il est à l’origine de la première course cycliste Paris-Brest en 1891 qui donna son nom à un fameux gâteau en forme de roue de vélo, créé par le pâtissier Durand installé  avenue Longueil. En 1926 habitaient ici M. et Mme. Darmel, chanteurs à l’Opéra de Paris qui ont créé le conservatoire de Maisons-Laffitte.

N° 2 : La Florentine, belle villa à l’italienne datant de 1905. Regardez la frise de sgraffites.

 

 

N° 1 : Maison Fricotelle, du nom de son propriétaire le notaire Fricotelle.

Pars à la recherche de ce détail.

Tu l’as trouvé ?! Tu es donc sur la bonne route !

13.

Château de Maisons

Le majestueux château de Maisons est l’œuvre la mieux conservée de l’architecte François Mansart, celle qui permet de saisir son génie architectural. Edifié pour René de Longueil, il montre symétrie, transparence, équilibre et beauté des décors. Construit à partir de 1634, le premier grand château « ouvert » avec vestibule central et escalier à jour, regroupe tous les traits novateurs.

Le château a connu des propriétaires et des hôtes prestigieux, qu’ils fussent rois ou princes, empereurs ou maréchaux mais aussi écrivains ou penseurs tels que Voltaire, Madame de Staël ou Benjamin Constant.

 

14.

Ancienne Eglise

C’est la première église du petit village de Maisons-sur-Seine, dédiée à Saint-Nicolas, patron des mariniers. En partie détruite au cours de la guerre de Cent Ans, elle est reconstruite au 15e siècle. Elle fut désaffectée en 1896 et devint une salle polyvalente en 1988.

 

 

La fontaine fut construite en 1779 par Bellanger, architecte du comte d’Artois. Elle distribuait l’eau du puits artésien de très bonne qualité.

As-tu vu le repère de nivellement sur la fontaine ?

A ton avis, que nous indique-t-il ?

15.

Rue du Mesnil / Rue du Prieuré

N° 11 rue du Mesnil : Maison dite Le Prieuré. René de Longueil donna le terrain et fit déplacer le prieuré en 1644 situé à côté de l’Ancienne église. L’édifice actuel est un mélange de styles et d’époques.

N° 1 rue du Prieuré : l’école / collège « Le Prieuré », inauguré en 1905. Son architecte est L. Chesnay, de Paris.

 

 

Prenez ensuite à gauche sur la rue Solférino puis à droite sur la rue Masson afin de rejoindre l’Office de Tourisme et la gare RER.

Vous avez aimé la promenade et vous souhaitez en savoir plus ?

Contactez l’Office de Tourisme pour connaitre les dates des prochaines promenades guidées du Parc.

Vous avez beaucoup apprécié une étape ou au contraire, vous n’avez pas trouvé nos indications suffisamment claires lors d’un croisement ? N’hésitez pas à partager avec nous votre expérience !

Vos retours nous permettront d’améliorer nos balades : contact@tourisme-maisonslaffitte.fr

})(jQuery)